Présentation générale d’IP

IP : Un protocole de niveau 3 à tout faire !

Internet Protocol (IP) est un protocole de niveau 3 OSI. Mais attention ! IP n’est pas référencé (normalisé) ISO … Si vous avez lu le cours sur le modèle OSI, vous savez de quoi je parle !

IP est capable d’interfacer avec différents types de sous-réseaux aux niveaux inférieurs (niveau 2 et 1). Sa structure « légère » et peu contraignante le prédispose pour n’importe quel type de support. Ses fonctions de segmentation lui permettent de s’adapter à n’importe quelle taille de trame de niveau 2 par exemple, pour le peu qu’elle puisse au minimum véhiculer son en-tête (32 octets).

Les trames de niveau 2 peuvent véhiculer divers protocoles de niveau 3. Généralement elles prévoient un champ qui leur permet d’indiquer quel protocole de niveau 3 elles véhiculent dans leur champ de données. Ainsi si le sous-réseau est de type X25 (oui, je sais ! X25 est plutôt niveau 3, mais on peut encapsuler de l’IP dans du X25 ! Faut le savoir !), le lien avec le protocole IP se fait en positionnant le champ données utilisateur à la valeur hexadécimale : CC (dans le cas d’un Circuit Virtuel Commuté : CVC). Lorsque le sous-réseau est de type Ethernet, la valeur du champ type de la trame est (08 00)h.

A son tour, IP est également capable de véhiculer différents protocoles de niveaux supérieurs (généralement du niveau 4). Les principaux protocoles sont TCP et UDP.

Succinctement : l’environnement protocolaire IP …

J’ai promis de ne pas m’étendre sur l’ensemble du stack IP, pour plutôt me concentrer sur IP, protocole de niveau 3. Je vous présente donc, très rapidement, les principaux protocoles annexes, de l’environnement IP, avec une description très rapide de leurs rôles.

Internet Protocol (IP)

Permet le routage d’une information à travers des sous-réseaux hétérogènes.

 

 

Internet Control Message Protocol (ICMP)

C’est un protocole administratif pour signaler les problèmes à l’émetteur d’un datagramme (paquet). Il assure des fonctions comme le contrôle de flux, qui ne sont pas rendues par IP.

Address Resolution Protocol (ARP)

C’est le protocole qui permet à une station émettrice d’un datagramme de connaître l’adresse physique correspondant à l’adresse IP. Nous aurons l’occasion d’y revenir, mais sachez que pour qu’une station lise le contenu d’un datagramme, il faut qu’il est son adrese et qu’il soit inclus dans une trame à l’attention de la station.

Reverse Address Resolution Protocol (RARP)

Permet à une station ne connaissant pas son adresse IP de la demander à un serveur.

Transmission Control Protocol (TCP)

Protocole d’équivalent couche 4 OSI, permettant d’établir une connexion à travers un réseau IP. Assure également des fonctions de contrôle de flux et d’erreurs.

User Datagram Protocol (UDP)

Méthode simple de transport de l’information en mode non connecté sans contrôle de flux. Nous dirons que c’est un TCP « ligth » !

Terminal Virtuel (Telnet)

Emulateur de terminal en mode caractère permettant l’accès à une application distante.

File Transfert Protocol (FTP)

Protocole et spécifications fonctionnelles d’application permettant le transfert de fichiers et leur gestion à distante dans un mode fiable, en utilisant TCP.

Simple Mail Transfert Protocol (SMTP)

Protocole et spécifications fonctionnelles d’application permettant le routage et la gestion de la messagerie.

Trivial File Transfert Protocol (TFTP)

Protocole et spécifications fonctionnelles d’application permettant le transfert de fichiers dans un mode non fiable, en utilisant UDP.

BootP

Protocole et spécifications permettant à une station de télécharger sa configuration réseau (@IP, Gateway, DNS, etc.) notamment en utilisant le protocole DHCP.

Fonctions principales d’IP …

IP en tant que protocole de niveau 3, dit protocole de couche réseau, offre les fonctions suivantes :

  • un format de paquet normalisé permettant de véhiculé au maximum 65536 octets
  • un format d’adressage normalisé et mondialement contrôlé afin de garantir une parfait interopérabilité des différents réseaux
  • des mécanismes de priorisation des paquets dans le réseau
  • un mécanisme de segmentation des paquets pour lui permettre d’être véhiculé dans des trames de niveau 2 de MTU (Maximum Transmission Unit) de tailles différentes.
  • un champ option permet également de fournir des fonctions moins courantes. Nous les décrirons succinctement car elles sont très peu utilisées.

La suite de ce cours, s’attachera donc à développer les points les plus importants, listés ci-dessus.

Conclusion du chapitre

Ce chapitre générique avait pour but de vous rappeler briévement les fonctions et rôles d’un protocole de niveau 3 OSI (même si IP n’est pas normalisé ISO), et de vous présenter succintement les grandes fonctions d’IP et de son environnement. Le chapitre suivant va clairement entrer dans le sujet !

Page Précédente | Page Suivante